Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UN ARDENT CARABIN

A propos de la disparition du très attachant Axel Khan

( Après l’inévitable pub)

 

 

 

 

Un ardent carabin

 

Je l’ai connu quand il était jeune médecin

Stigmatisant l’impérialisme américain

Et prenant la défense d’un peuple valeureux

Ecrasé par les bombe des B 52.

 

C’était aussi dans ma période engagée.

Je couvrais le Vietnam pour le journal « La Croix »

C’était deux ans avant le mai des enragés.

On était moins nombreux à donner de la voix.

 

Je passais dans l’année au Vietnam plusieurs mois.

J’y ai vu des horreurs qui m’ont glacé d’effroi.

Faire des photos, écrire des reportages, d’accord !

Mais je voulais vivre un engagement plus fort

 

Des groupes militants m’offraient l’opportunité

D’aller témoigner à la mutualité.

Ce palais qui était le temple des révoltés

Avait un Bossuet aux sermons exaltés.

 

Jean-Paul Sartre y faisait tinter sa voix profane

Laquelle à chaque pause déclenchait des hourras.

C’est là que j’ai fait la connaissance d’Axel Khan

Qui, poing levé, comme tous, scandait « Vietnam vaincra » !

 

Il était séduisant, parlait avec aisance

Avait le port noble d’un chevalier Bayard.

J’enviais, à l’époque, son charme et sa prestance

Moi qu’on surnommait parfois le « plouc savoyard ».

 

On gravitait autour du tribunal Russel

Qui dénonçait les crimes de guerre américains.

On croyait en une justice universelle

Qui punirait les criminels  du genre humain.

 

Le manichéisme operculait nos yeux.

Les Viets étaient les bons, les méchants c’étaient eux :

Tous ces  impérialistes de très gros calibre

Qui se posaient en défenseurs du monde libre.

 

Quand cette guerre du Vietnam fut enfin terminée

Chacun de nous retourna à sa destinée.

Axel Khan en médecine fit des recherches fécondes

Tandis que j’explorais des coins perdus du monde.

 

Depuis lors ne se sont plus croisés nos chemins.

Quand il réapparut à la  télévision,

J’ai fini par reconnaitre l’ardent carabin

Grâce à son éloquence et à ses convictions.

 

Viva !

 

Que la terre-mère lui réserve un accueil grandiose.

​​​​​​​Ici, il laisse un grand vide.

 

 

UN ARDENT CARABIN
UN ARDENT CARABINUN ARDENT CARABINUN ARDENT CARABIN
UN ARDENT CARABINUN ARDENT CARABIN
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :