Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE MONSTRUEUX TRAQUENARD

L’actualité de cette semaine ( Aprèes la pub intruse)

 

 

 

 

 

 

 

Le monstrueux traquenard

 

 

Il fait un froid de gueux et des gueux sans abri

Dont certains avaient fui l’Irak ou la Syrie

Se retrouvent aujourd’hui en Biélorussie

Piégés par les calculs de despotes endurcis

 

Beaucoup sont des Kurdes. Ils ont vaillamment lutté

Avec l’aide de Washington, qui les a trahis,

Contre les tyrannies qui opprimaient leurs pays

Et contre les islamistes, ces barbus déjantés.

 

Oui, l’Amérique, au gré de ses calculs,  bifurque !

Afin de vaincre Daech elle s’est servie des Kurdes

Qui placèrent en elle une confiance absurde.  

Dès qu’ils furent attaqués dans le dos par les Turcs,

 

Les forces spéciales américaines, la mort dans l’âme,   

Quittèrent la Syrie, une trahison infâme

Envers des peshmergas, frères d’armes vaillants

Qui durent affronter seuls les blindés d’Erdogan.

 

Des Kurdes par milliers ont fuir cette région

Pour venir s’entasser dans des camps provisoires.

Or, voici qu’un tyran, éveillant leur espoir

De migrer vers l’Europe, envoya ses avions.

 

Plusieurs tombèrent dans le piège de cette vermine

Nommé Loukachenko, le ludion de Poutine.

Cet autocrate par sa répugnante action

Veut empêtrer l’Europe dans ses contradictions

 

Les migrants qu’il a conduits près de la Pologne

Dont le gouvernement est fort peu accueillant

Se heurtent à sa police qui durement les cogne

Et à celle des Biélorusses qui en fait autant

 

Ces flics  impitoyables leur tirent, au ras des pieds,

Des rafales qui les font, sur place, sautiller :

Images insoutenables qui passent sur nos écrans

Parmi d’autres sujets, moins tristes, en coup de vent

 

Peut-on tolérer ces attitudes inhumaines ?

Vite ! Ouvrons nos frontières à tous ces pauvres gens

Sermonnons la Pologne, ses chefs intransigeants

Qui jettent l’opprobre sur l’Union Européenne

 

Il fait un froid de gueux et les gueux vont mourir

Si l’on tergiverse quand il est urgent d’agir.

Un vent sibérien fige le regard des enfants.

Leurs lèvres ne bougent plus. Vite, il est encore temps !

 

 

JB

LE MONSTRUEUX TRAQUENARD
LE MONSTRUEUX TRAQUENARDLE MONSTRUEUX TRAQUENARD
LE MONSTRUEUX TRAQUENARDLE MONSTRUEUX TRAQUENARD
LE MONSTRUEUX TRAQUENARDLE MONSTRUEUX TRAQUENARD
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :