Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une inoubliable vexation

Souvenir d’adolescence ( glissez sur la pub)

 

 

 

Une inoubliable vexation

 

J’étais amoureux d’elle. Elle s’appelait Lydie

J’avais quinze ans à peine, elle un peu plus, peut-être.

Je guettais son passage d’un coin de ma fenêtre

Et cherchai une idée pour l’aborder, pardi !

 

Elle était fort jolie et déjà achevée

C’est sans doute pour ça qu’elle me faisait rêver.

Ses yeux verts qui chatoyaient comme deux opales

Avaient un pouvoir d’attraction presque animal.

 

Un jour donc je parvins à croiser son chemin

Et glissai des vers écrits pour elle dans sa main

Puis le cœur battant sans attendre sa réaction,

Du collège, à grands pas, je pris la direction.

 

Comme un fautif je n’osai pas me retourner

Et fus obsédé par elle toute la journée.

Ayant l’âge où Rimbaud composait « Sensation »  

Ma bluette eût pu s’intituler « Dérision »

 

Je n’avais encore rien lu de ce surdoué

Mais connaissais par cœur « Le lac » de Lamartine

Avec mes rimes emphatiques j’étais donc voué

A subir une griffure de Lydie, la féline.

 

Le lendemain, à mon passage, elle minauda

Au bras d’un vaurien qui s’appelait Tonda

Et brandissant mes piètres vers d’un air moqueur

Elle donna un baiser au voyou séducteur.

 

Je m’empourprai de honte, tremblai de confusion.

Mais n’étant pas un bagarreur invétéré,

Je passai mon chemin, faisant mine d’ignorer

Cette blessante et inoubliable provocation.

 

J’aurais pu m’endurcir à l’instar du béton

Ne plus jamais écrire de vers de mirliton,

Mais non, j’ai continué malgré ce mauvais coup

A pondre des billets, des rimailles à deux sous !

 

JB    Viva !   

Une inoubliable vexation
Une inoubliable vexationUne inoubliable vexation
Une inoubliable vexation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :